10 lettres, une vision et mille et une manière de le devenir

minimalisme-mode-de-vie-une
Le blog La journaliste par Sarah Precourt

Le minimalisme 

Avant d’entrer dans le vif du sujet, commençons par parler de cet élan d’épuration visuel qui permet de se libérer et de se détacher de l’aspect matériel. On peut décrire le minimalisme comme un courant artistique

« apparu au début des années 1960 aux États-Unis, […] en opposition à la tendance […] du Pop Art. Le Minimalisme est l’héritier du Modernisme, et plus particulièrement du Bauhaus. Il fait sienne la maxime d’un des grands représentants du Bauhaus, Mies Van der Rohe : « less is more ». […] (Les artistes de ce courant) ont en commun de privilégier le dépouillement formel, le réductionnisme et la neutralité. »

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Minimalisme_(art)

Cette définition du minimalisme artistique donnera naissance au minimalisme dans le monde de la monde qui connait un apogée dans les années 1990, ainsi que le mode de vie phare depuis quelques années où l’on épure son chez soi, ne laissant que ce que nous utilisons vraiment, bye bye le tiroir pleins de « ça pourra un jour servir ». Avant de devenir l’une des plus gros tendance, le minimalisme était compris comme une volonté de se débarrasser du superflu et de se contenter du nécessaire ou du moins apprendre à trier entre besoins et désirs.

garde-robe-minimaliste-photo-8Lorsqu’on parle du minimalisme dans le monde de la mode, on visualise des tenues monochromes souvent écrues ou noires, avec des coupes droites, sans panoplies d’accessoires ni coupes multiples. Pour se distinguer, les produits minimalistes sont souvent coupés dans des matières noble, soie, lin, satin duchesse … C’est sans doute la raison pour laquelle lors de sondages concernant l’aspect financier de cette tendance, un grand nombre estime que le coût les empêche d’être une fashionista minimaliste.

En réalité, le minimalisme est « simple, basique, basique » comme dirait Orelsan. Cette tendance, qui s’est installée depuis quelques années, prime une épuration de la mode que ce soit dans les coupes mais aussi dans le choix des accessoires, limité au stricte  nécessaire.

Le layering

Il est important de noter qu’une autre tendance tend à se répandre, un pendant théoriquement opposé au minimalisme : la superposition de vêtement, plus communément appelé layering, où il n’y en a jamais assez. Théoriquement opposés parce que l’un renvoie à la définition première du vêtement : couvrir le corps et non un ornement superflu, alors que le second est l’ajout de couches de vêtement pour créer un style bien particulier et donc superficiel.layering-minimalist-style-white-shirt3-800x1200

Bien entendu, le layering a évolué, on a connu un style très chargé et extravagant notamment dans les années 1990, avec des couleurs vives et contrastés qui donnent un tableau plein de vie. Depuis une dizaine d’année, les créateurs et stylistes favorisent des couleurs ainsi que des coupes biens différentes : pastels, monochrome voilà pour les palettes, les couleurs sont souvent le noir, le blanc, le gris et de plus en plus le beige. Les coupes sont droites, pas très prés du corps avec un style qui se rapproche du minimalisme en y ajoutant des pièces « complémentaires » telles que le gilet ou le pull large, porté au-dessus d’une chemise qui ressort aux niveaux des poignets, du col et de la taille.

Le minimaliste, un défi à relever ?

Pourquoi le minimalisme est revenu en puissance ces dernières années ? Parce qu’on a tout, parce qu’on a trop, parce qu’on à tout trop vite . Ainsi la fast-fashion a transformé un art en usine de consommation qui produit des collections chaque semaine, j’exagère à peine. Le surplus qu’on amasse nous étouffe, par manque d’espace et avec cette volonté d’avoir un dressing toujours plus rempli quitte à faire l’impasse sur la qualité, on ne s’y retrouve plus.

C’est intriguant de constater que malgré le choix immense de vêtement que certaines fashion addicts ont, la fameuse phrase « je n’ai rien à me mettre » est toujours autant prononcé que lorsqu’elles n’avaient que 5 tenues dans leur armoire qui s’est transformée en dressing au fil du temps. A quoi bon alors avoir autant de vêtements s’ils ne comblent même pas ce manque ? On pourrait penser qu’un vide-dressing répondrait à ce problème, mais si elle est vraiment accro le schéma est tout tracé, au bout d’un an, elle trie enfin son dressing, se sépare difficilement de certaines pièces qu’elle vend et pour se récompenser ou simplement pour être toujours plus tendance, elle va acheter de nouvelles pièces « indispensables » pour la nouvelles saison.

vénus 02
Michelangelo PISTOLETTO, Vénus aux chiffons, 1967       Blog de la CPES-CAAP du Lycée Simone Veil Valbonne

 

Un cercle vicieux qui ne peut être brisé que si l’on prend conscience de notre addiction et du jeu de la société qui nous encourage à toujours plus consommer tout en nous détournant des véritables questions lors d’un achat que sont la nécessité de l’article ainsi que sa qualité. A la place on nous vante le bas prix (qui cache bien de sombre chose) ainsi que la pseudo-nécessité d’être à la mode.

cc-headshot-blog
The blissful mind blog

Le véritable défi du minimalisme a été lancé pour la première fois en 2010, par la célèbre Courtney Carver, dont le blog Be more with less ainsi que l’ouvrage Soulful Simplicity, sont aujourd’hui mondialement connus. C’est l’une des pionnières du renouveau du minimalisme au sens large, elle ne traite pas de la question des coupes et des couleurs, elle va plus loin, notamment avec son défi projet 333. C’est simple : vivre avec 33 articles (hors sous-vêtements) pendant 3 mois. Un défi qui débute par le trie de la garde-robe et la sélection des pièces indispensables. A partir de là, il est plus simple d’évaluer les pièces tellement fashion mais qu’on ne porte jamais, celles qu’on portera un jour, celles qui nous vont plus/ dépassées de mode mais qu’on garde, de celles qu’on porte vraiment.

 

Ne pas confondre minimalisme et vie austère

Oubliez l’amas, pensez qualité et légerté de l’esprit. Au lieu d’avoir plus de vêtement assurez-vous d’avoir des pièces de qualités qui vous correspondent, sans pour autant être la pièce à avoir pour la prochaine saison. Pour dire ça autrement, le minimalisme, ce n’est pas de vivre dans une grotte sans électricité comme le dit La maman minimaliste en nous prouvant qu’on peut vivre et profiter des plaisirs de la vie sans pour autant amasser un nombre incalculable d’objet censés nous combler – au sens propre et figuré – de Bonheur. Le minimalisme c’est reprendre la base de ce dont on a besoin, de manière nécessaire, et retirer le superflu qui va juste alourdir notre cerveau, parce qu’un espace aéré, un dressing qui ne déborde pas, c’est une tranquillité de l’esprit.

Et pour les fashion addicts  ?

Il existe des solutions si vous être contre le gaspillage, mais que vous avez besoin de renouveau très, très souvent. Si vous êtes une fashion addict vous avez sans doute entendu de l’Habibliothèque, un concept incroyable qui se résume au nom de l’enseigne : habille + bibliothèque : emprunter un certains nombre d’article, en l’occurrence des vêtements, selon votre abonnement. Une histoire qui a pris fin en 2018, oui, je sais c’est cruel !

Mais il y a d’autres entreprises qui font du bien à la planète ainsi qu’à notre porte-feuille et à notre conscience. Le Closet par d’un constat alarmant :

Les ménages français dépensent 39 milliards d’euros en articles d’habillement.
Et 85% de ces derniers finissent dans nos poubelles.
– Planétoscope

https://www.lecloset.fr/pages/mode_responsable

Alors pour répondre à ce problème, le calcul est vite fait : s’il y a trop de vêtement sur le marché, il faut créer un système de rotation pour éviter de pousser à la consommation. En deux minutes tu es inscrite et tu peux  louer ou mettre en location tes tenues, tout ça avec l’esprit léger !

49693469_296657854323609_4605657514919163662_n(1)
L’économie circulaire : « son objectif est de produire des biens et services tout en limitant fortement la consommation et le gaspillage des matières premières et des sources d’énergies non renouvelables.  » Le closet Instagram

Je suis en plein dans ma phase de trie, je pense me débarrasser de ce qui m’encombre inutilement, et toi, tu en pense quoi du minimalisme ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s