Et si la question de l’organisation était simplement une question de rythme. Un peu à la manière d’un métronome qui fait le lien entre notre rythme et celui de notre emploi du temps, l’organisation doit être synonyme de bien-être. 

  • Cherches le bon rythme et tu en trouveras à la pelle

_images_S_compressed.photo.goodreads.com_hostedimages_1417532843i_12405667._SY540_En cherchant, on trouve plein de conseil, et je pense que la meilleure chose est de faire un listing d’un certain nombre de méthode et de système d’organisation, qui pourraient correspondre à votre personnalité et se donner une deadline. Qu’est-ce qu’un système d’organisation ? Un rythme particulier qui exige souvent une réorganisation de notre gestion du temps, l’exemple qui me vient à l’esprit est celui de Miracle morning une système qui repose sur un réveil programmé plus tôt pour nous permettre d’effectuer 6 petits exercices (que tu peux retrouver ici). Il est donc indispensable de prendre en compte le changement potentiel de rythme qui, souvent, nous permet de réaliser plus de chose dans une journée de 24h. En adoptant un rythme soutenu on comprend que les 24h d’une journée sont largement suffisantes pour faire tout ce que l’on veut à condition de se tenir à un emploi du temps.

Et la pratique dans tout ça ? Le point crucial ici est la mise en distance du flux incessant de bons conseils et notre volonté de tous les mettre en pratique. Attention, je ne dis pas que tel conseil est meilleur que tel autre, je dis juste qu’on ne peut pas tous les appliquer.  Il est plus productif d’en choisir 3 ou 4 plutôt que d’en avoir 10, sans pouvoir cueillir les fruits de nos efforts. Maintenant qu’on sait ce qu’il ne faut pas faire, passons à ce qu’il faut faire :

En écoutant des podcasts, en lisant ou en échangeant de manière productive, notes les conseils qui trouvent échos en toi. A tête reposée, relis tes notes, prends du recul et décides quel conseil te parle le plus. Le tout n’étant pas de choisir « le bon » mais le meilleur pour soi, il reste maintenant la partie la plus difficile à mes yeux : la mise en application. Pour ça, prends ton emploi du temps et fixe toi un plan d’action sur une durée d’un mois. 

Bonus : tiens moi au courant des évolutions (négative ou positive) que tu as pu constater lors de ton bilan mensuel. N’hésite pas à prendre le temps de te poser pour faire un mini-bilan.

Par exemple : le conseil n°1, doit être appliqué plutôt à tel plage horaire, seul ou en groupe, sur une durée de X temps. 

  • Intérioriser un conseil pour mieux l’appliquer 

Un conseil n’est applicable que si on l’intériorise et qu’il devient une partie de notre quotidien. Comment passe-t-on alors, d’un simple conseil à son appropriation ? Il est crucial de retenir que chaque conseil, méthode ou système d’organisation est modulable.  En faisant ce constat, on comprend qu’il ne faut pas les sacraliser parce qu’en les élevant sur un pied d’estale, on les rend inaccessibles tout en nous positionnant inférieurement à cet idéal.  Tout d’abord, il faut décomposer le conseil et comprendre les temps forts, puis faire un point sur le pont entre notre organisation actuelle et l’application du conseil : que dois-je modifier ? Pour finir avec la mise en pratique et les modifications nécessaires pour le bon fonctionnement du mécanisme. Ainsi, ce conseil est applicable ou non, et ce n’est qu’une fois toutes ces étapes effectuées qu’on peut savoir s’il correspond à notre personne. 

9aad7507113a45c3f6f98249527525cf

Par exemple, on nous répète que pour être une meilleure version de soi, il est nécessaire de lire plus. Les temps forts sont la lecture, la réflexion et le changement que cette lecture implique, souvent un changement psychologique ou l’ouverture d’une nouvelle vision sur tel ou tel sujet.

Mais voilà, j’estime ne pas avoir le temps pour lire 1 livre de 300 pages par mois, alors qu’il me suffirais de lire 10 pages/jour soit 5 pages le matin et 5 autres le soir. A la fin du moins, en faisant mon bilan, j’ai réalisé que je pouvais lire plus, je sors de ma zone de confort et je me challenge pour le mois suivant en choisissant 2 livres. Dans le cas où je n’y arrive pas, j’analyse ma gestion du temps, je me réserve des plages horaires plus larges pour lire, je change d’environnement de lecture (les transports ou le coucher ne sont pas des moments propices) …

Il est cependant nécessaire de se convaincre qu’on peut suivre ce conseil et que les résultats seront au rendez-vous, sans quoi le défaitisme prend le dessus et nous empêche de sortir de notre zone de confort. L’acceptation de notre potentiel entre dans la partie d’intériorisation de ces conseils, si on se persuade que nous n’avons pas la motivation, l’endurance, l’énergie pour appliquer ce conseil, alors peu importe le conseil, nous n’y arriverons pas.

Conseil : On doit se dire qu’on va réussir parce qu’on est actuellement la meilleure version de nous même, on va donc se dépasser pour se prouver qu’on peut le faire ! On prend une profonde inspiration, de quoi écrire tout ce qui nous empêche de s’y mettre, nos limitations, celles que projette sur nous notre entourage… On se relit, on relativise et on garde notre objectif en tête.

b06c7cf1a1948a3d4b943e0beada3158

Se convaincre qu’on va surmonter l’impossible, ne veut pas dire qu’on le fera seul. Beaucoup pensent qu’il est impossible de gravir les Pyramides, cette idée ne dépend que de notre visualisation. Car en réalité, à 2 il est simples de les gravir !

 

  •  Sprint ou course de fond ?

Le dernier point qui important d’aborder à mes yeux est l’endurance que ça demande. On aurait tord de penser qu’une fois que l’organisation est trouvé, tout roule ! N’oublie jamais que tes anciens démons –  c’est l’ex-procrastinatrice qui parle – te guette, alors devenir une athlète de haut-niveau de l’organisation reste ta seule solution. Un nouveau rythme est un nouveau départ, encore faut-il s’y tenir.

2358703f5c3d17e5c36f2df08ea5ffde
Vrai ou Faux ?

En effet, certaines études, se basant sur les études du docteur Maxwell Maltz qui met en parallèle la cicatrisation psychologique et physique de patients et leur adaptation aux changement sous 21 jours, estiment qu’il faut 21 jours pour mettre en place une habitude. Ce mythe a été conforté par de nombreux conférenciers de développement personnel, qui ont su se convaincre de ce délais pour mettre en place de nouvelles habitudes. Il est intéressant de relever la beauté du fonctionnement du cerveau qui peut s’auto-persuader que 3 semaines suffisent. Pour en revenir à ces études, on observe que la mise en place d’une habitude peut prendre entre 18 et 250 jours selon l’habitude en question, il faut donc s’armer de patience et de confiance.

Une petite astuce : arme toi d’un carnet de bord, un cahier à ton image, décoré ou minimaliste peu importe tant que tu te sens d’y coucher un bilan de ton évolution (n.f : passage progressif d’un été à un autre indépendamment d’un aspect mélioratif ou dépréciatif). La forme la plus simple reste le :

Jour 1

Mes objectif

Les action que je dois faire

[…]

Jour 7 

Bilan de la semaine

[…]

Jour 30 ou 31

Bilan du mois

 

Les efforts ne sont pas forcement visibles dès les premiers temps, mais il faut persévérer jusqu’à leur éclosion finale. Ainsi se faire violence pour mettre en place une habitude en 21 jours est un défi à relever si et seulement si, on arrive à tenir après : quel est l’intérêt de mettre en place une habitude si c’est pour la retirer de notre quotidien au bout d’un mois ? Il est donc préférable de prendre son temps, de comprendre ce qu’implique cette nouvelle habitudes, et voir ça comme une course de fond, la ligne d’arrivée n’est pas visible à partir de la ligne de départ, mais sois sûr que la ligne d’arrivée est bien plus proche que tu ne l’imagine.

Pour ne pas perdre confiance, on se fixe des petits moments de boost 1 ou 2 par mois, avec la visualisation de notre parcours : au début (qu’est-ce qui m’a poussé à débuter ?) -> maintenant (qu’est-ce qui me pousse à continuer ?) -> mon objectif (qu’est-ce qui me motivera toujours ?) . 

0ba79c387b31223f65732757e26c601e

Pour recharger sa confiance, j’utilise beaucoup d’image : je fais des tableaux de visualisation de lifestyle que je veux atteindre. On retrouve sur Instagram et plus encore sur Pinterest des images de vie rêvée, quelque soit notre objectif, on trouvera des images qui nous motives dans tous les domaines de nos vies (études, travail, bien-être, santé, culture, divertissement …). Je prend un moment en fin de mois pour faire mon tableau de visualisation, j’y mets les images qui me booste et qui montre clairement mon objectif final.

 

Exemple : je veux voyager, je choisis la destination, la période et je note le prix ainsi qu’une date butoir. Maintenant, lorsque je dois travailler, je sais pourquoi. Si je pousse un peu loin, je note aussi le nombre d’heure de travail que nécessite ce voyage (ex : le voyage me coûte 1000 € je dois travailler 100h donc 1 mois parce que je suis en contrat 25h) 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s