Un code, est souvent un lien entre plusieurs personnes, qui vont pouvoir se reconnaître et ainsi savoir qu’ils appartiennent au même groupe de par un acte ou une parole ou encore par une pensée partagée. On observe que les codes changent d’un groupe social à un autre, d’une société à une autre, avec une interprétation différente d’un même acte. Ce qui reste commun aux sociétés c’est la nécessité d’appartenance à un groupe, fondée sur un respect de code sociaux. Mais pourquoi voulons nous faire partis d’un groupe ? Quel est ce besoin d’appartenance, qui sous-tend nos relations sociales ?

9cb0688cd0eced5cef5319bdcae93afa

I. C’est quoi un code sociétal ?

Dans un premier temps revenons aux définitions des mots clefs – j’ai nommé « code » et « société » – avant d’étudier la relation entre ces 2 termes ainsi que la notion sociétale qui en émane.

  1. Un code (n.m) :

Ensemble de règles qui font loi en matière sociale : Le code de la politesse.

Système conventionnel, rigoureusement structuré, de symboles et de règles combinatoires.

Extrait Dictionnaire Larousse, entrée Code

Un code permet donc à un groupe de se structurer, par l’établissement de consensus. Les codes sont nécessaire à l’individu pour qu’il intègre le groupe en étant reconnu par ses semblables.

2. Une société (n.f) :

Milieu humain dans lequel quelqu’un vit, caractérisé par ses institutions, ses lois, ses règles : Les conflits entre l’individu et la société.

Tout groupe social formé de personnes qui se réunissent pour une activité ou des intérêts communs : Une société brillante entourait le nouvel élu.

Extrait Dictionnaire Larousse, entrée Société

Une société désigne à la fois un groupe d’individu qui s’accordent sur divers sujets ou dans différents domaines, mais aussi un cadre normé par des codes et autres règles établit par un consensus.

La boucle est bouclée, le lien entre le code et la société me paraît clair, l’individu a besoin d’être reconnu par les autres et donc, doit se plier à des codes pour intégrer ce groupe social.

Qu’en est-il de la notion de sociétal ? Il est évident que cette notion est directement en lien avec le terme de société, cependant, cette notion met en lumière le fonctionnement de la société.

3. Sociétal (adj.m) :

Qui se rapporte aux divers aspects de la vie sociale des individus, en ce qu’ils constituent une société organisée.

Extrait Dictionnaire Larousse, entrée Sociétal

Un code sociétal, peut être définit comme étant un certain nombre de règle qui reposent sur la structure, l’organisation ou le fonctionnement de la société. Autrement dit, ce sont des règles qui ont été imposées à l’individu, par la société, mais qui ne lui correspondent pas forcement. Depuis quelques année, je me suis questionnée sur mes capacités, jusqu’où je peux repousser mes capacités physiques et mentales.

 

II. Casser les codes sociétaux

  1. Les codes physiques

Je me suis rendue compte que la société nous « conseille » voire, nous impose une certaine vision du bien-être physique quasiment impossible d’atteindre. En pratiquant une activité sportive, en jeûnant 2 jours/semaine, en réduisant les proportions que je consommais, j’ai réalisé que mon corps ne partageait pas ces codes : manger une certaine quantité à une plage horaire précise, pratiquer tel exercice en nous faisant croire qu’il est possible de perdre du poids de manière localisée, très peu pour moi.

Par cette expérience, j’ai réalisé que je pouvais repousser les limites de mon corps, j’ai appris à écouter mes envies et par dessus tout, mes besoins, non ceux que la société nous avance. J’en suis arrivée à la conclusion que nos besoins premiers ont été, à coup de publicité au marketing implacable, modifiés, il nous est difficile de faire une vraie distinction entre le nécessaire et le désiré. Pour réussir à faire la différence, il est souvent plus simple de commencer par l’aspect physique de cette question, car les codes mentaux sont plus profondément encrés. Un code sociétal axé sur le physique, ça ressemble à quoi ? « Ne fais pas de sport le soir, tu vas stimuler tes muscles et tu ne pourras pas dormir ». Ce genre de remarque te parle ? C’est un exemple de code sociétal qui veut nous faire croire qu’on fonctionne et qu’on réagit pareil, alors qu’on a tous une personne dans notre entourage qui pratique le sport en soirée et qui arrive à parfaitement dormir.

Ainsi, mon expérience de perte de poids m’a permis de comprendre que je pouvais avoir un avis bien différent de celui de la société qui ne fait pas office de référant suprême. Toutes ces idées que nous avons intériorisées au point de ne pas pouvoir les remettre en question, j’ai appris à les interroger :

Et si, une petite assiette ne me suffisait pas. Et si, mon corps a besoin de déjeuner entre 14H30 et 15H et non à midi ? Et si ma perte de gras ne pouvait pas être localisée ? Et si les vergetures n’étaient ni tabou, ni laides, ni étranges ? 

A ces questions, une réponse peut être apportée, peu importe que la réponse corresponde ou non aux attentes de la société, tant qu’elle répond à nos besoins ou à nos désirs. Autrement dit, le recul est nécessaire pour pouvoir jauger et juger de ce dont nous avons intrinsèquement besoin.

23099366_165679170686121_8324587672752357376_n
Apprend à aimer ton corps, ne laisse pas la société et ses codes t’aveugler de la beauté qui réside en toi.  Picture by Sara Shakeel

2. Les pensées limitant

Notre cerveau est un organe sous-estimé et sous-côté dans une société qui préfère le limiter en lui liant les poignets. Déconstruire une pensée, est un travail de long haleine qui demande une réformation de nos conceptions les plus profondes. Dorian Vallet aborde ce sujet sur son blog et propose une série d’exercices pour se défaire de ces pensées contre-productives. Le premier pas, réside dans la prise de conscience de ces codes qui nous limitent, peu importe si leur fin est de nous limiter ou si c’est par défauts qu’ils le font. Comment prendre conscience qu’on ne laisse même plus cours à nos pensée et qu’on se limite ?

Penses à quelque chose de fou ou à une chose qu’on avait dit impossible et confronte la à la réalité.

  • Impossible : Je veux avoir des ailes, comme un aigle. Mon anatomie – qui fait office de confrontation à la réalité – ne me le permet pas. Je peux, cependant trouver des alternative telle que le deltaplane.
  • Possible : Je veux me consacrer plus de temps, pour avoir le temps de me focaliser sur mes projets, mais je n’ai jamais le temps. Si je m’organise, je peux trouver le temps nécessaire : le matin quitte à me réveiller plus tôt (je t’invite à lire mon article sur l’organisation), à midi, si j’ai une pause assez longue, le soir, si je ne rentre pas trop tard et que je peux m’isoler.

Finalement la clef réside dans la motivation, les excuses, on peut se cacher derrière mais on ne peut pas avancer si on ne confronte pas nos besoins ou nos désirs à la réalité. La question qui se pose est la suivante, maintenant qu’on a conscience de cette limitation, du rôle de la société qui tend à nous normer, comment fait-on pour retirer ces limitation et ainsi casser les codes sociétaux qui nous ont été imposés ?

Pose toi, seule, avec de quoi noter, puis questionnes-toi quelles sont les choses que tu as toujours voulu faire, mais on t’a attesté que ce n’était pas possible ? Notes-les, et confronte les à la réalité. Selon le résultat, s’il s’avère que cette chose est impossible, ne t’arrête pas là, trouve une alternative. Dès que tu réaliseras que les limitations ne sont pas forcement bénéfique, tu seras motivée à retirer ces œillères qu’on t’a imposé.

III. Se reconnecter avec soi

  1. Nos priorités, quelles sont-elles ?

Avant de vouloir changer l’ordre de nos priorités, il est important de les citer et de les classer. Pour t’aider, je te propose de commencer par lister tes priorités selon 2 sphères : le privé et le public. Ensuite, ajoute les catégories qui te parlent le plus, exemple : spiritualité, développement personnel, santé/bien-être, recherche de savoir, divertissement, passion …

Cette liste non-exhaustive doit t’aider à trouver les éléments que tu classeras dans ta pyramide des priorités, une structure qui va te permettre de rétablir l’ordre dans ton planning. En échangeant avec Sabrina la fondatrice de Modest Fashion France et Kenza, l’anthropologue du groupe, j’ai réalisé que mes priorités ne correspondaient pas à celles de la société, j’ai donc établit une liste de mes priorités. C’est en parlant à voix haute, que je me suis rendue compte de notre méconnaissance de nous-même, de la survalorisation de la société et du manque profond de confiance en soi qui nous limite à suivre les codes évoqués plus hauts.

20190508_1319342758845921501652193.jpg

Pour accéder à mon bonheur, je place la spiritualité, le bien-être, la connaissance, les sorties/les voyages et la fashion sphère au cœur de mes priorités. En faisant mes recherches pour connaitre mes priorités, je suis tombée sur l’article de Mohamed Semeunacte et qui aborde la question de manière courte dans son article.

Pour faire simple, réponds à la question que me faut-il pour être heureuse et stable ? Note ce qui te vient à l’esprit avant de les classer par ordre d’importance. Maintenant que tu as fait ce classement, donne toi une deadline pour avoir le temps de t’assurer que tel ou tel aspect de ta vie est vraiment ta priorité. Il est important de prendre le temps d’examiner tes priorités, mieux elles seront classées, plus loin tu pourras aller !

2. Un planning à redéfinir

Maintenant, il ne te reste plus qu’à construire ton emploi du temps autour de tes priorités. Plus simple à dire qu’à faire ? A mes yeux, le plus compliqué – lister ses priorités – a été fait. Je suis consciente que les concessions vont être présentes, il faut apprendre à respecter le temps que tu définis pour chaque priorités, mais aussi accepter réellement de bâtir ce nouvel emploi du temps comme tu l’entends et apprendre à mettre de la distance entre ce dont tu as besoin et ce que ton entourage – qui ne pense pas à mal – estime être le meilleur pour toi.

Ici, le but est de définir un emploi du temps qui te corresponds, peu importe les codes sociétaux, peu importe l’avis de ton entourage, tant que ton emploi du temps te conviens, c’est l’essentiel. Il est important d’avoir en tête qu’il est probable que ton entourage ne va pas comprendre ton changement, mais il est d’autant plus important que tu garde en tête ton but : ton bonheur.

En ce qui me concerne, je place en haut de la pyramide, la spiritualité puis le bien-être ensuite le divertissement et le travail au même niveau. Pour savoir combien d’heure je peux consacrer à chaque activité, je me base sur le nombre d’heure dont je dispose réellement dans une journée (24h -8h de sommeil = 16h – 3h de repas – 1h de pause =) soit 12h. Selon le nombre d’activité, je vais répartir ce nombre d’heure en prenant en compte la place de l’activité dans mon classement d’activité. Comme je l’ai dit plus haut, j’ai plusieurs activités dont la principale est la spiritualité, et la dernière est la fashion sphère, 2 choix s’offrent à moi :

  • Je peux consacrer le même nombre d’heure à chaque activité dans le but d’évoluer uniformément.

  • Je privilégie une activité qui devient l’activité centrale, de ce fait, le nombre d’heure consacré par activité dépendra de leur place dans le classement.

Lorsque j’évoque les concessions, il a souvent un gouffre entre l’emploi du temps idéal et la réalité. Il est possible que pour trouver la solution, qui réside souvent dans un équilibre de tes activités, il faille que tu fasse plusieurs schéma, que ça prenne un certain temps, mais sache qu’il y a toujours une solution. Peut-être que la solution va te demander de faire des compromis, mais ça vaut le coup, pour notre bonheur on est prêt à tout !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s