La petite Wafa

Story time : ceux qui me connaissent, savent que nous célébrons l’Aïd en grande pompe : décoration, dress code, brunch dans un grand restaurant et cadeaux ! Si je parle souvent de la manière dont nous célébrons ce jour de fête, je ne précise pas toujours l’origine de tout ça.

Je devais avoir 5 ou 6 ans, dans une école où la diversité culturelle et religieuse était bien présente et qui ne se cachait pas de l’histoire chrétienne du pays. À cette époque, le Père Noël, souvent le directeur ou l’un des animateurs se déguisait – désolée de te spoiler, mais le Père Noël n’existe pas – faisait le tour des classes, offrant des cadeaux à chaque enfants, peu importe sa confession. Un jour, je décide de parler à Mam’s, lui faisant remarquer que nous, musulmans, nous n’avions pas de fête « digne » de celles des chrétiens, qui eux célèbre Noël, Pâques, les anniversaires … Je lui dis, le plus simplement du monde, que je veux devenir chrétienne pour avoir ces belles fêtes. Je pense que ma Mam’s a dû recevoir ça comme une gifle, et elle a merveilleusement bien réagit; elle m’a rappelé que nous avions 2 fêtes : le petit Aïd – Aïd al-fitr – et le grand Aïd -Aïd al-adha – (l’un, marquant la fin du jeûne du mois de Ramadan et l’autre, le sacrifice d’Abraham paix et bénédiction sur lui). Elle me fit comprendre que je peux avoir des cadeaux, que nous allons célébrer l’Aïd comme la fête la plus importante de l’année puisque c’est le cas. L’Aïd suivant, j’ai reçu des cadeaux. Cette année là, nous avons mis en place la valorisation de nos fêtes. Celle-ci passe par le dress code qu’on choisit en amont, une décoration de l’appartement, une liste de cadeaux que chacun établit, un brunch le jour J …

La notion de cadeau pour tous

Bien qu’on pourrait croire que je mets en valeur la notion de cadeau par soucis matériel, il faut savoir qu’on a généralement du mal à faire notre fameuse liste de cadeaux. Les cadeaux représentent l’attention qu’on porte à chacun. Cette année, je n’ai toujours pas formulé ce que je voulais, mais c’est sans compter sur une Mam’s aussi ingénieuse et une soeur aussi déterminée que Chacha, qui ont trouvé ce qu’elles allaient m’offrir.

1. Pour les petits et les grands, femmes et hommes compris

L’Aïd, c’est une fête pour les petits et pour les grands, la notion de cadeaux ne peut exclure les grands, je ne vois pas pourquoi dès un certain âge, je devrais être exonérée de cadeaux, alors que c’est l’un des éléments de n’importe quelle célébration !

@nillydahlia Nous partage ses activités avec ses enfants

Il faut savoir qu’en Tunisie, l’Aïd n’est perçu comme une célébration que par une partie du pays : dans le sud du pays, généralement, les femmes portent cette fête sur leurs épaules, à coup de fouet à pâtisserie, de préparation du festin, du choix des tenues pour toute la famille, sans oublier les cadeaux pour les plus petits. Oui, seul les enfant ont le droit aux présents … Donc passer un certain âge, on ne mérite plus de cadeau ? J’ai l’impression que c’est l’âge auquel les enfants découvrent que le Père Noël n’existe pas, mais là on parle de musulmans et non de chrétiens … Ou alors c’est l’âge supposé où l’enfant ne réclame plus de cadeau parce qu’il est trop grand pour ça ?

Bien que les nouvelles générations tendent à réformer une vision machiste, il reste un nombre important de famille qui suivent encore un système archaïque où les femmes sont aux fourneaux. Mais, même en ce jour de fête, n’auraient-elles pas le droit à un jour de répit ? Eh bien non ! elles doivent gérer les repas festifs qui demandent bien plus de travail qu’à l’accoutumé. Attention, je ne parle qu’au nom des femmes qui s’en plaignent, car oui, il existe des femmes qui aiment cuisiner pleins de plats et sont des cuistots hors pair. Pour en revenir à celles qui n’ont pas le choix, car il faut bien que quelqu’un cuisine, n’ont-elles pas le droit de recevoir un cadeau ? Une enveloppe ? Une lettre avec plein de mots doux ? Bref de la reconnaissance, un moment de détente ou juste une belle balade ?

Globeshoppeuse-velo-balade-parc-du-chateau-de-versailles (64)
Balade à Versailles

Quand est-il pour les hommes qui se démènent pour offrir tout ce qu’ils peuvent à leur famille, qui se sacrifient au nom du bien-être de leurs proches et qui ne s’en plaignent que rarement ? Si certains offrent des cadeaux c’est peut-être une question d’éducation, de sensibilisation à la générosité, aux dons, à l’attention mais surtout à l’intention. Cette célébration concerne autant les petits que les grands, les hommes et les femmes, ainsi il est temps de se rendre compte de ce qu’on lui prête.

2. Un cadeau, qu’il soit matériel ou non peu importe

Donner et recevoir, deux verbes qui caractérisent l’échange et dans un contexte festif : la célébration.

79157d35d1f0b6f3f3bfca8ace225f43
Un dessin, un cadre et le cadeau est fait.

Le tout réside dans l’intention : petits et grands peuvent faire des cadeaux, toujours selon leur moyens, sans juger la capacité de chacun. Donner et recevoir est un art qui doit être remis au goût du jour. Lorsqu’on parle d’offrir un cadeau, on a tendance à exclure les petits dont les moyens financiers sont inexistant, rendant alors la notion du don lié par définition à un aspect financier. Bien que bon nombre de cadeau s’achète, quand est-il des attentions ? Une balade dans un parc, un massage des pieds après une longue journée, un dessin fait avec soin, une carte avec un mot, un poème appris spécialement pour l’occasion … N’est-ce pas là des cadeaux ? Dénigrer ces attentions rendrait la question matérielle ce qui lui ferait perdre de sa valeur.

Si certaines personnes maîtrise l’art d’offrir, je me dois de parler de ceux qui ne savent pas recevoir un cadeau. La gêne les rend maladroits, mais aussi blessants de manière involontaire. Pour te donner un exemple : lorsque tu offres un cadeau à une personne et qu’au lieu de te remercier elle te dit « tu aurais dû garder ton argent, c’est du gaspillage », apprends à répondre. Souvent les aînés ont du mal à recevoir des cadeaux – par manque d’habitude sans doute – on doit alors prendre le temps de leur dire l’importance que nous portons à ce cadeau et ne pas se braquer et ne plus leur offrir de cadeau pour éviter ce genre de situation.

3. Le cadeau, l’emballage et le petit mot : il n’y a pas de petit effort

Le choix du cadeau

9f49ce9d70772432bf0510dba3d7350e
Liste de cadeaux

Répondre à un besoin ou un désir de l’autre – on n’offre pas ce qu’on voudrait qu’on nous offre – ce n’est pas un cadeau de dernière minute qu’on offre là, mais bien LE cadeau ultime. Généralement on a des envies toute l’année, mais dès qu’on nous demande, un agent M.I.B nous efface la mémoire – d’ailleurs si vous ne savez pas quoi m’offrir, ce petit gadget fera l’affaire ! C’est pour cette raison qu’il faut s’y prendre à l’avance. Dans un premier temps questionnez discrètement la personne sans en avoir l’air. Deuxième étape : le choix du cadeau et comme tu t’en doutes, c’est la partie la plus délicate et la plus belle : prends ton temps pour faire ce choix et rassure toi, le geste est en lui-même un cadeau.

Emballage

_564x_af_39_95_af39958705224c1815c773808fa5c566

Je mets fin au débat : qui dit cadeau, dit emballage. Un cadeau sans emballage, perd de sa valeur, parce que, la découverte du cadeau doit rester une surprise le plus longtemps possible. L’impatience qui émane lorsqu’on tente de deviner la nature du cadeau qu’on tient entre les mains, évaluant sa taille, le secouant près de nos oreilles. Cette excitation qui monte en nous lorsqu’on arrache le papier cadeau ou que l’on défait l’emballage tissu, nos yeux révèlent notre Bonheur.

L’art de l’emballage n’est pas négligeable, pas d’excuse, à toi de trouver qu’est-ce qui te correspond le mieux, choisis ton papier cadeau, scotch ou ficelle, si tu es en manque d’inspiration, remercie Pinterest ou les tuto sur Youtube pour un emballage 5*. Prends le temps de t’appliquer pour les personnes que tu aimes.

Le petit mot

Manuscrit ou dactylographié, le mot est souvent oublié ou dénigré. Ce mot, personnalisé à souhait, c’est la touche finale à ton cadeau. Qu’il soit court ou long, accompagné d’image, de citation ou nature, l’essentiel réside dans l’intention. Très souvent on mesure la valeur d’un cadeau à son coût et c’est à mes yeux l’une des plus grandes erreurs qu’on peut commettre. Cette valeur – bien qu’elle ne peut pas vraiment être quantifiée – trouve son essence dans le plus petites intentions : un message, un peu de parfum, des petits dessins sur une carte … Voilà la valeur du présent.

f21eb92f7ea94273b2a6ee97d826274a
Une carte personnalisée rien de mieux

Et toi comment célèbres-tu l’Aïd ? Cette conception des cadeaux est-elle importante à tes yeux ? Parce qu’on n’a pas le même rapport à la célébration, au rassemblement, partage moi ton avis en commentaire ou sur Instagram en me taguant @wafakmala.

Je tiens à remercier @Azylisse pour son aide et ses conseils pour cet article !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s