Jour 3, Vendredi

Départ pour Cordoue

Levés au crépuscule, on se dirige vers la gare, pour prendre notre train, direction Cordoue. Pendant le trajet, je consulte les lieux à visiter. J’en note 3, avant de passer le reste du trajet à parler avec Pap’s. Une fois arrivé, il est encore tôt et la 1ère activité n’a pas encore ouvert ses portes. On décide alors de prendre un petit déjeuner juste à côté, ce qui nous permet de visiter la vieille ville. Une fois notre petit déjeuner dégusté, on décide de s’arrêter sur le pont, qui baigne dans le soleil.

received_2349233612283919203789943670307235.jpeg

On se pose, on apprécie le moment et quelques photos plus tard, il est déjà 8h30, la Mosquée-cathédrale de Cordoue ouvre ses portes et nous pouvons enfin y entrer.

Tips : avant de te rendre dans un musée ou un lieu historique, jette un œil sur Internet pour connaître les meilleurs dates, plages horaires, affluence de groupes … Pour la mosquée-cathédrale, j’avais découvert que les visites entre 8h30 et 9h30 sont gratuites (au lieu de 11euros/pers.)

 

 

L’ancienne mosquée devenue cathédrale

La visite dure 30min, et j’ai trouvé que c’était court, au vu de ce qu’il y avait à voir et des photos qu’on a faites. Lorsqu’on entre dans cette ancienne mosquée, on discerne les modifications apportées par la chrétienté. Il est fascinant de passer d’un style architectural à un autre. L’un représenté par des voûtes aux couleurs de l’empire Omeyyadde et l’autre marqué par des vitraux. On le remarque notamment au centre, où un orgue a pris place.

Ce qu’on a particulièrement apprécié c’est la conservation des arabesques et de la calligraphie ornementales à l’intérieur de la cathédrale.

20190614_0906212139567506919328151.jpg

Pour la petite histoire :
Cet ancien temple romain a été transformé en église puis en mosquée avant d’être érigée en cathédrale. La Grande mosquée de Cordoue qui, témoigne de l’empire Omeyyade de Cordoue (VIII – XIIIème siècle), est l’un des plus beaux chefs d’œuvres de l’art de cet empire islamique. Ce lieu sera converti en église à la chute de l’empire suite à la Reconquista par le roi Ferdinand III de Castille. Dès 1236, La Grande mosquée, qui devient rapidement cathédrale, connaît de nombreuses transformations, elle allie différents styles (gothiques, Renaissance et baroque) et est à la pointe de la modernité.
Cependant, Charles Quint regretta la transformation de cet édifice :
« Vous avez détruit ce que l’on ne voyait nulle part pour construire ce que l’on voit partout. » 

20190614_0927087530715264863560372.jpg

On a pris le temps d’observer l’intérieur de la mosquée-cathédrale avant de nous attarder à l’extérieur où la verdure est présente. Il faut savoir qu’ « à l’image de toutes les autres cathédrales du sud de l’Espagne, la mosquée de Cordoue dispose d’un patio de los Naranjos (littéralement « un patio des orangers »). Ce dernier constitue l’entrée principale de la mosquée qui fut rénovée de nombreuses fois au cours de son histoire. La fontaine placée sous les arbres était utilisée par les musulmans pour réaliser le rituel de purification. De nos jours, vous trouverez des orangers, des oliviers ainsi que des cyprès dans le patio. »

Source Wikipédia et Ruralidays

 

Une ville paisible et agréable

Après cette visite, on a décidé de longer le fleuve qui borde la ville. Le soleil tape fort et rapidement on se dirige vers le centre-ville pour se poser et déjeuner. Les ruelles ainsi que les zones piétonnes me faisaient penser au Sud de la France, avec des couleurs chaudes sur les faces des immeubles de 3 ou 4 étages. Après le repas, je propose qu’on visite un musée un peu particulier.

Visite du Palais de Viana

received_5111081997726833793305707722330144.jpeg

Le Palais de Viana, déclaré Monument Historique et Artistique National et Jardin Artistique, constitue l’une des principales attractions touristiques de Cordoue. La singularité que lui confèrent ses 12 patios fait qu’il est connu sous le nom de Musée des Patios. […] Le patio cordouan, héritier de la tradition romaine et arabe, jouit à Viana de sa plus éminente représentation historique.

Source Palacio de Viana

Pap’s autant que moi aimons les jardins, et les beaux espaces floraux, ce lieu était parfait pour nous ! Il y avait peu de monde et ça nous a permis de prendre notre temps, de s’arrêter, discuter, prendre le temps de découvrir ce lieu.

20190614_1009492348546082086315674.jpg

 

 

Mosquée en plein jardin

Une fois la visite terminée, on s’est dirigés vers le centre-ville, avant de se poser dans un jardin public, protégés de la chaleur par les arbres.
Là, un vieux monsieur nous interpelle et tente de nous parler en espagnol. Je lui explique en anglais qu’on ne comprend pas du tout l’espagnol, mais il insiste. On se retrouve à essayer de déchiffrer ce qu’il nous dit, on essaye de lui parler avec des gestes. Tout ce que je pourrais dire, c’est qu’on échangeait avec nos sourires et nos yeux beaucoup plus que ce qu’on aurait pu avec des mots. Le monsieur nous dit au revoir.
On reste encore un peu dans le parc, j’interpelle une femme pour lui demander si elle pouvait m’indiquer un lieu de prière, vu qu’on est vendredi. Elle me montre une toute une petite construction derrière elle, et en échangeant avec elle, j’apprends que cet endroit est une petite mosquée et que dans quelques heures on pourra y prier.

20190614_1055237725597188175671749.jpg

 On en revient pas qu’il y ait une mosquée en plein parc, on prend place chacun de notre côté, et l’affluence commence à se faire sentir. Plusieurs femmes entrent, et avant que l’imam prenne la parole, l’une d’entre elle s’adresse à moi. Elle n’est pas du coin et voudrait savoir ce qu’il y a à visiter, mais avant que je ne lui réponde, une cordouane lui liste les endroits emblématiques avant de faire un point historique sur cette ville. Nos échanges en arabe nous permettent d’en apprendre plus sur cette ville. Je suis très heureuse de ces échanges qui nous permet d’être au contact des locaux et je regrette de ne pas l’avoir fait plus souvent.
L’imam prend enfin la parole, le prêche est principalement en arabe – ce qui me rassure je l’avoue. Il ajoutera quelques phrases en espagnol avant de débuter la prière. Une fois terminée, on se retrouve avec Pap’s pour aller à la gare qui était à une quinzaine de minute à pied. On fait nos aurevoirs à cette magnifique ville.

received_5513288657676662209452284436339915.jpeg

De retour à Séville, on ne tarde pas à dîner et se coucher tôt, demain va être la journée que j’ai attendu depuis notre 1er jour en Espagne.

 

Jour 4, samedi, dernier jour

Grenade allez-retour en blabla car

20190615_0626501219496063703512556.jpg

Comme la veille on se lève très tôt pour ne pas faire attendre notre blabla car. Il fait encore nuit, nous voilà devant le point de RDV, mais je ne vois pas le conducteur. Je l’appelle et on se retrouve finalement. On prend un petit déjeuner sur le pouce, et nous voilà en route vers Grenade. Les paysages sont incroyables, la verdure est partout, et nous sommes heureux comme pas permis.
Il faut nous comprendre, Grenade, est un peu utopique pour nous. La beauté d’Alhambra, on m’en parle depuis que je suis petite, les photos, je les connais depuis mon adolescence, et me dire que là, dans quelques heures je vais pouvoir découvrir ce lieu chargé d’art et d’Histoire, ça me fait quelque chose.

Je profite du trajet pour me reposer, parce que le programme va être chargé ! Dès qu’on arrive, on prend un taxi, direction l’Alhambra, parce qu’on doit y être pour 10h. Dès l’entrée, on sent que ce lieu va nous époustoufler. En effet, les nombreux jardins sont minutieusement entretenus et leurs beautés n’en sont que rehaussées. Il y a peu de monde, on en profite pour prendre quelques photos en toute tranquillité.

20190615_0847134893746247569409758.jpg

L’Alhamra

Mais avant de visiter quoi que ce soit, je veux qu’on visite les palais. On fait la queue, on présente nos billets et là … C’est le drame. Nos billets ne nous permettent pas de visiter les palais nasrides. J’ai failli en pleurer, faire tout ce voyage pour qu’on me dise que ce n’est pas possible … J’essaye de voir avec les personnes de l’accueill, mais ce n’est pas possible : 300 personnes par heure, pas une de plus.

On visite le reste, on se balade dans les jardins, je garde espoir, je redemande, mais la réponse est la même. Ce qui m’a permis de passer outre ce refus, c’est bien Pap’s, il n’arrêtait pas de me répéter que c’était pas grave, qu’au pire on reviendra une autre fois. Le moral un peu à plat, il prend en main les photos et il en prend plein. Ça me permet de relativiser et d’apprécier au mieux l’endroit où nous nous trouvons.
L’Ahambra, qui veut dire la rouge en arabe et renvoi à la couleur de ses murs, « est un ensemble palatial constituant l’un des monuments majeurs de l’architecture islamique. »

20190615_0846208499840972389064376.jpg

Les constructions de ce que nous en connaissons aujourd’hui remonte au XIIIème siècle sous Mohammed ben Al-Hamar et s’étalent jusqu’au XIVème siècle sous « Yusuf I (1333-1353) et Mohammed V (1353-1391) sont responsables pour la plupart des constructions de l’Alhambra qui ont survécu jusqu’à nos jours. »

« C’est avec la Grande mosquée de Cordoue le plus prestigieux témoin de la présence musulmane en Espagne du viiie au xve siècle. Leurs caractères sont d’ailleurs opposés : à la sobriété grandiose du monument religieux représentatif de la première architecture islamique, s’oppose l’exubérance de la dernière manière hispano-mauresque : celle-ci s’exprime en effet dans les palais des derniers souverains nasrides, alors en pleine décadence, et qui disparaîtront bientôt lors des derniers assauts de la Reconquista. » Source : Wikipédia et Alhambra de Granada 

Malgré le fait que nous ne puissions visiter les palais nasrides, l’extérieur était grandiose, les jardins, les anciens bains, les murailles, la vue qui surplombe la ville, bref, le cadre était idyllique.

20190615_0850388892939242666658641.jpg

 

Centre-ville agréable

Une fois notre visite terminée, on est redescendue vers le centre-ville animé pour déjeuner. La visite de Grenade s’étant faite dans le rush. Puisque je n’ai pas eu le temps de prévoir un restaurant : on a donc demandé à des locaux. Après un rapide tour des restaurants, on a jeté notre dévolu sur un restaurant de poisson qui était au centre de la place.

20190615_1142245276872648282011047.jpg

Alors qu’on vient de passer commande, un chanteur s’arrête près du restaurant et commence à chanter, accompagné de sa guitare. Certains serveurs l’accompagnent, la mélodie est entraînante, et les applaudissements encourageants ne se font pas attendre. Nos plats arrivent et c’est la consécration : la cuisson, l’assaisonnement, les légumes. Délicieux. On prend le temps d’apprécier le repas et le cadre.
Une fois cette pause terminée, on reprend la marche pour découvrir la ville. Vu que la veille nous avions priés dans un lieu insolite, on cherchait une mosquée, avant de nous faire alpaguer par un jeune homme.

Parisiens que nous sommes, on l’a ignoré. Il nous a quand même parlé, en anglais puis en arabe, nous assurant qu’il ne voulait que nous aider. On prend le temps de parler avec lui et il nous explique qu’il fait partie de l’office du tourisme, qu’il nous avait vu à la recherche de quelque chose et qu’il pouvait nous aiguiller. On lui demande la mosquée la plus belle de la ville et il s’avère qu’il faut monter de nombreuses pentes, mais que la marche vaut vraiment le coup. On le remercie avant de se mettre en route.

 

received_6769255431053352300883737680561447.jpeg

Sur le chemin, on n’en revient pas :
une personne bienveillante veut nous aider sans aucune contrepartie. En montant, on prend plusieurs ruelles, on se perd.

On fait des pauses. Arrivés en hauteur, on reprend notre souffle face à une vue imprenable sur la ville.

Lorsqu’on arrive à la mosquée, on en a le souffle coupé. Face à l’Alhambra, la vue sur la vallée nous rend simplement heureux. La mosquée semble être fermée et avant d’avoir le temps de chercher quelqu’un, le gardien du lieu nous interpelle, en nous ouvrant la mosquée, il nous indique les salles d’ablutions et nous laisse entrer.

 

La moquée la Mezquita de Grenade

La salle de prière des femmes est à côté de celle des hommes, les séparations en bois sont travaillées. Une fois ma prière terminée, je me rends dans la salle des hommes, on prend le temps de se recueillir. Notre prière faite, on sort pour profiter du soleil et du jardin qui entoure la mosquée.

A l’initiative d’un groupe de convertis, cette mosquée splendide, trône au sommet de la colline de l’Albaicin, le quartier médiéval de la ville. L’esplanade de la “Mezquita Mayor de Granada” offre la plus belle vue sur les palais de l’Alhambra, joyau de l’art islamique et symbole de plus de sept siècles de domination musulmane en Andalousie.

20190615_112808965953701000201564.jpg

Retour au centre-ville et ses zones piétonnes animées

Lorsqu’on redescend vers le centre-ville, on décide de se balader, de prendre une glace tout en marchant dans les zones piétonnes noires de monde. On découvre plusieurs spécialités dont un goût de glace, des graines de sésames caramélisées, et des commerçants souriants et bruyants. On se balade, glace à la main, entrant dans toutes les boutiques qui nous attirent, et on finit par se diriger vers un parc pour apprécier la fraîcheur de la verdure. Sous les arbres, la chaleur est moins pesante.

20190615_1135182664062467141866078.jpg

Retour stressant à Séville

De peur d’être en retard au point du RDV avec notre blablacar, on se rend en avance au lieu convenu. Mais voilà, il est presque l’heure et personne en vue, je m’inquiète et je contacte le conducteur qui ne répond plus. Il est l’heure, toujours personne. J’essaye de me rassurer, mais la réalité est qu’on ne peut pas être en retard pour notre retour sur Séville vu qu’on doit prendre notre vol quelques heures plus tard. Le conducteur me répond enfin, alors qu’on l’attend sous un soleil de plomb, on le voit arriver après de longues minutes d’attentes. On s’installe, on parle un peu mais très vite le conducteur et l’autre passagère continuent la discussion dans leur langue maternelle par manque de vocabulaire. Je m’assoupis, cette longue journée – qui n’est pas encore terminée – a été épuisante. Pap’s en fait de même.

Direction Paris

Une fois arrivé à Séville, on se dirige vers l’hôtel, pour récupérer nos bagages qu’on avait laissé à la réception. On saute dans le premier taxi qu’on croise, direction l’aéroport. Le retour se passe très bien, pas de retard cette fois-ci. Vol de nuit, on arrive à la maison fatigués mais heureux de cet incroyable voyage.

Parfois, quand le quotidien est épuisant, on se regarde avec Pap’s et on se dit qu’on devrait tout plaquer pour retourner en Andalousie ou même visiter un autre pays, loin du stress parisien.

Même si ce voyage s’est globalement bien passé, voici les « à faire / à éviter » compilation 
1. Réserver bien en avance les activités (avec guide s’il vous plaît), parce qu’on nous dit souvent qu’on peut réserver sur place, on ne se rend pas compte que les musées, restaurants … Peuvent afficher complets ! Et la mention guide est bien plus pratique qu’on ne le pense alors, au lieu d’errer dans un musée, demandes un guide qui t’expliquera l’histoire du lieu et de la ville.
2. Ne jamais abandonner sans avoir tout tenté, demandes aux locaux, redemandes, jusqu’à avoir une réponse fixe. Il ne s’agit pas d’être désagréable, mais de trouver une solution pour les transports par exemple, la visite d’un musée …
3. Avoir un plan B, C … (budget, Internet, GPS, météo) Préparer son voyage c’est éviter ce genre de problème. Parce qu’il y a des facteurs hors de notre portée tels que la météo, et on essaye d’avoir des sorties en intérieur à caser pendant la pluie. Même si on utilise tous nos téléphones pour nous repérer, une carte de la ville s’avère souvent utile dans les vieilles villes qui ne sont pas systématiquement mises à jour sur Maps.
4.Ne pas tout prévoir au détails près ou du moins laisser des moments de quartier libre, qui sait, tu pourrais tomber sur un marché, un spectacle, être invité chez des locaux … Organiser un voyage c’est aussi prendre en compte les imprévus, donc no stress.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s